Séminaire de Jean-Marc Besse « Retour sur Terre ? Paysage et géographie »

On observe aujourd’hui une prolifération de propositions, et de préoccupations, visant à « faire revenir la Terre », pour ainsi dire, dans les horizons de la pensée et de l’action. Il ne s’agit plus cependant de partir « à la découverte de la Terre ». Mais, dans les domaines de l’écologie, de l’anthropologie, de la politique, de la philosophie, de l’esthétique, s’installe et se développe l’idée d’une réflexion sur la nécessité de prendre en compte la Terre comme socle, élément, ou forme, de la vie humaine. « Revenir sur Terre », donc, comme à une condition pour l’élaboration de nouvelles formes de vie, individuelles et collectives, dans lesquelles les dimensions du « terrestre » seraient considérées comme fondamentales.

Dans le prolongement des séminaires consacrés les deux dernières années à la théorie du paysage, on propose d’ouvrir une enquête sur un mot renvoyant tout à la fois à une réalité, à une métaphore, et à une revendication : Terre. Il s’agit, plus précisément, d’interroger une figure qui se répand assez largement dans les discours contemporains : celle du retour sur Terre.

L’investigation ouverte au sein du séminaire est double. Il s’agit, d’une part, de poser la question : sur ou vers quelle Terre fait-on retour ? Il semble nécessaire d’analyser les usages, présents et passés, dans les sciences, les arts, la philosophie, de cette référence à la Terre. Et pour cela d’ouvrir une enquête historique et philosophique. Mais il s’agit, d’autre part, d’interroger les figures métaphoriques de ce retour (l’abordage, ou l’atterrissage, par exemple), et surtout d’essayer d’éclaircir ce que portent ces figures de retour, ce qu’elles veulent donner à penser, et à vouloir.

Le fil conducteur de cette enquête, ou plutôt son espace d’observation, sera constitué principalement par la géographie. Faire retour sur Terre, n’est-ce pas, en un certain sens, revenir à la géographie ? Précisément parce que la géographie est à la fois description de la Terre et écriture sur la Terre ? Mais, encore une fois, laquelle ? Et comment la géographie, sur les plans du savoir, de l’imaginaire, des pratiques de l’espace, s’est-elle confrontée, et peut-elle encore aujourd’hui s’articuler aux propositions et interrogations artistiques, philosophiques, politiques sur ce qu’il en est du lien, de l’attachement, ou de l’appartenance, au « terrestre » ?

Dans le cadre d’une investigation sur le paysage comme espace, forme et condition des expériences sensibles, le séminaire des années précédentes a parcouru les perspectives d’une relation non territorialisée à la Terre. C’est également cet horizon d’une géographie non territoriale, dont le paysage serait le nom, que l’on proposera d’explorer cette année.

PROGRAMME DU SÉMINAIRE

26 janvier 2021

Présentation du séminaire : les enjeux contemporains d’une pensée de la Terre (état de la question ; parcours bibliographique).

2 février 2021

Les métaphores de la Terre : les mots pour dire la Terre et les figures du « retour sur » la Terre.

9 Février 2021

[Histoire du concept de Terre en géographie (1)] :

Le concept de « Terre universelle » et la question du paysage. La Terre comme théâtre (16e-18e siècle).

2 Mars 2021

[Histoire du concept de Terre en géographie (2)] :

Les couleurs de la Terre : chorographie, paysage, médecine. La Terre comme texte.

9 mars 2021

[Histoire du concept de Terre en géographie (3)] :

La Terre est-elle un globe ? Espaces, pratiques et discours de la globalisation au XIXe siècle.

16 mars 2021

[Histoire du concept de Terre en géographie (4)] :

Géographie générale et « zone critique ». (avec M.-C. Robic, Directrice de recherche émérite au CNRS)

23 mars 2021

[Histoire du concept de Terre en géographie (5)] :

« La Planète, la Terre et le Monde, ou comment faire de la géographie à l’époque de l’anthropocène » (avec M. Lussault, Professeur à l’ENS Lyon)

30 mars 2021

La Terre est-elle une planète ? Phénoménologie et historiographie (Husserl, Chakrabarty)

6 avril 2021

La privatisation de la Terre.

13 avril 2021

Du cosmopolitisme : les conditions d’une relation non territoriale à la Terre. (avec Anne-Christine Habbard, maîtresse de conférences à l’université de Lille III)

4 mai 2021

Pratiques et concepts alternatifs contemporains : « biorégion » et « permaculture » (avec Sébastien Marot, Professeur à l’EAVT Paris-Est)

11 mai 2021

Conclusions du séminaire

Séminaire Ecologie, classes sociales et territoires : perspectives sociologiques et politiques des cultures sociales de l’écologie

Campus Condorcet

Salle 3.11

Centre de colloques, Cours des humanités, 93300 Aubervilliers

Tous les lundis, 13h-15h, du 1er mars au 14 juin 2021

Ce séminaire vise à interroger les conditions de production des représentations et des pratiques sociales de l’écologie, à partir de ses fondements spatiaux et politiques. En poursuivant une approche socioconstructiviste, nous nous concentrerons sur les luttes d’assignations et de définition de l’écologie qui se jouent dans différents territoires, ainsi que sur les manières de conforter et/ou de dépasser des rapports de domination. Loin d’être un objet consensuel et dénué de tensions, l’écologie revêt des hiérarchies et des inégalités sociales, des appropriations et des dépossessions liées à ses fondements, dont les conceptions populaires sont largement invisibilisées. Ce séminaire sera l’occasion de confronter différentes politiques publiques au regard de territoires variés et d’acceptions sociales contrastées de l’écologie (Les Gilets Jaunes et le périurbain, la transition écologique et les quartiers populaires notamment au regard de la précarité énergétique et de la justice environnementale, l’écocitoyenneté et la consommation « éthique », les courants écoféministes, les quartiers « durables » et leurs injonctions écologiques…). Enfin, l’accent sera porté sur les engagements ordinaires et les (dé)politisations par l’écologie, axés sur l’ambivalence des classes populaires aux pouvoirs publics dans leur rapport de dépendance/d’autonomie et sur des luttes de subsistance en marge d’un cadre institutionnel et technique.

1er mars :  Séance 1. Construction sociale de l’écologie et enjeux de luttes interclassistes : caractérisation des « cultures sociales de l’écologie »  

Cette séance introductive constituera un temps d’échange sur la notion de « cultures sociales de l’écologie » et rendra compte du champ d’étude socio-constructiviste sur l’écologie. A partir des différents textes proposés, il s’agira de se départir de prénotions autour d’une définition restrictive de la « sensibilité environnementale » tout en restituant ses conditions sociales de réalisation. Nous tenterons ici de baliser les logiques de hiérarchisations sociales à l’œuvre dans les luttes définitionnelles de l’écologie. Il conviendra également de revenir sur les appréhensions plus ordinaires des représentations et pratiques de l’écologie, au-delà de leurs systèmes de références scientifiques, techniques ou militantes. Ces prises sociales donnent à voir d’autres postures politiques plus discrètes au regard d’enjeux propres aux classes sociales et aux territoires. Quelques interrogations nous permettront d’alimenter cette séance : comment caractériser des « cultures sociales de l’écologie », sous leurs aspects plus ordinaires et au-delà d’une approche rationnelle ? Dans quelle mesure peut-on interpréter sociologiquement les rapports situés des classes sociales à l’écologie ? Que disent les rapports sociaux à l’écologie sur le classement des (dis)positions sociales et culturelles d’individus, de leurs systèmes de valeurs et de leurs intériorisations de l’ordre social ? 

8 mars : Séance 2. Ecologie et classes moyennes/supérieures : l’engagement écocitoyen et la consommation éthique entre bonne éco-conscience, distinction sociale et moralisation écologique

Présentation à venir

15 mars : Séance 3. Ecologie, Gilets Jaunes et territoires périurbains (titre provisoire)

Intervention Maxime Gaborit, doctorant en science politique, Université Saint-LouisBruxelles (CResPo)

Présentation à venir

22 mars : Séance 4. Construction des politiques publiques environnementales dans les villes néolibérales : genèse et diffusions des logiques du développement durable urbain (titre provisoire)

Intervention Vincent Béal, maitre de conférences en sociologie, Université de Strasbourg (SAGE)

Présentation à venir

29 mars : Séance 5. Sensibiliser les quartiers sensibles : l’action environnementale comme mode d’encadrement des classes populaires ?  

Intervention Hadrien Malier, doctorant en sociologie, EHESS (IRIS)

Présentation à venir

12 avril : Séance 6. Ecologie au quotidien et rapports ordinaires à l’écologie : les modes de vie, supports discrets de politisation ? (titre provisoire)

Intervention Michelle Dobré, professeure de sociologie, Université Caen-Normandie (CERREV)

Présentation à venir

3 mai : Séance 7. L’enjeu écologique au prisme des rapports de classe (titre provisoire)

Intervention Jean-Baptiste Comby, sociologue, maître de conférences à l’Université Paris 2, chercheur au Carism et au Cens.

Présentation à venir

10 mai : Séance 8. Courants de l’écoféminisme vernaculaire et éthiques du care (thématique à confirmer)

Intervention à confirmer 

Présentation à venir

17 mai : Séance 9. Injonctions écologiques et rapports aux normes d’habiter au sein de quartiers « durables » : vers une gouvernementalisation néolibérale des conduites ? (titre provisoire)

Intervention Nadine Roudil, professeure de sociologie, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Val de Seine (CRH-LAVUE)

Présentation à venir

31 mai : Séance 10. Se mobiliser pour la justice environnementale dans les quartiers populaires ? Vivre et lutter dans des environnements toxiques (le cas du South Bronx)

Intervention Flaminia Paddeu, maitresse de conférences en géographie, Université Sorbonne Paris Nord (Pléïade)

Présentation à venir

7 juin : Séance 11. Les inégalités écologiques au prisme de la transition énergétique et de l’habita(n)t : focus sur la précarité énergétique (titre provisoire)

Intervention Joseph Cacciari, ATER en sociologie, chercheur rattaché à l’IDHES, Université Paris Nanterre

Présentation à venir

14 juin : Séance 12. Les cultures sociales de l’écologie au sein d’un écoquartier en rénovation urbaine : mise en scène écocitoyenne, appropriations d’un espace populaire et hiérarchisations sociales par l’écologie

Présentation à venir

Séminaire « Patrimoine et espaces populaires : la construction politique et mémorielle des cités ouvrières et des banlieues »

Campus Condorcet

Salle 3.07

Centre de colloques, Cours des humanités, 93300 Aubervilliers Tous les mercredis, 11h-13h, du 3 mars au 2 juin 2021

Dans ce séminaire Karl Berthelot, doctorant au sein de l’équipe EHGO reviendra sur les répercussions de la patrimonialisation d’espaces déshérités, des anciennes franges industrielles et ouvrières aux banlieues françaises. Il s’agira de dépasser les récits communs sur ces habitats populaires en appréhendant leurs dynamiques sociales et historiques. Les politiques de patrimonialisation témoignent de l’intérêt d’acteurs politiques à la réhabilitation, la préservation et la durabilité de ces quartiers populaires. Nous nous demanderons dans quelle mesure et comment des acteurs politiques «s’emparent» de l’histoire de ces quartiers, en en valorisant certains traits et en en occultant d’autres, et quels en sont les tenants matériels et symboliques. De plus, la patrimonialisation des quartiers populaires suscite des conflits autour de la sauvegarde de leur héritage. Ces conflits s’illustrent notamment par la récupération de ces cultures au profit de logiques métropolitaines et de marketing territorial, à la croisée de la rénovation urbaine et de l’(éco)-gentrification. Enfin, ce séminaire abordera les composantes et les effets concrets de cette mise en scène de la vie quotidienne des classes populaires, de leur éviction périphérique aux tentatives de ré-appropriation de leur histoire, du traitementpolitique actuel et passé du «problème des banlieues» jusqu’à l’affiliation de ses quartiers à une tradition de luttes et de mobilisations sociales.

3 mars : Séance 1. Les constructions socio-politiques du patrimoine: des dispositions inégales à la transmission et à la reconnaissance de pratiques et d’espaces populaires 

Cette séance introductive se propose de baliser le concept de patrimoine puis de l’articuler à d’autres notions comme celle de territoire (Di Méo, 1994). Sa relation aux espaces populaires permet de rendre compte de ses appropriations et de ses enjeux politiques, pouvant s’apparenter à un instrument d’action publique incontournable du développement territorial. Les politiques de patrimonialisation supposent ainsi une orientation de cultures et de pratiques sociales antérieures et soulignent de fait le fondement social de l’espace par les biais de sélection et de légitimation qu’elles exercent. Fait social à part entière, la patrimonialisation des espaces populaires témoigne de « rapports de domination dans le processus de planification urbaine […] et de la délégitimation des pratiques et identités des groupes défavorisés de la population » (Pappalardo, 2014), pistes qui seront explorées tout au long du séminaire.

10 mars : Séance 2. Les enjeux de sélection mémorielle et patrimoniale autour d’espaces déshérités : le cas de la revalorisation territoriale des bassins miniers

A partir d’études de cas sur le marketing territorial d’espaces miniers, il s’agira de réfléchir aux conditions, aux modalités et aux acteurs de la transformation de l’image de territoires industrialisés. La valorisation territoriale constitue un processus non sans effets sur la mémoire ouvrière des lieux au regard des intérêts, des objectifs d’attractivité et de requalification qu’elle suscite. Comment sont perçus ces territoires en déclin ? Quelles stratégies sont employées dans la promotion et l’appropriation de ces patrimoines industriels ? Quelles sont les origines et les conséquences de la patrimonialisation industrielle sur les classes ouvrières et ces espaces en déshérence ? En voici-là quelques fils conducteurs.

17 mars : Séance 3. Les grands ensembles à l’épreuve de la patrimonialisation : de la ségrégation à la consécration culturelle 

En France, les politiques de rénovation urbaine des quartiers de grands ensembles ont parfois conduit à des actions de classement patrimonial de barres et tours HLM. Elles sont même sollicitées et plaidées par des chercheurs en sciences sociales en vue de l’attractivité supposée qu’elles confèrent à ces quartiers (Bertier et al., 2014 ; Pouvreau ; 2011). Cependant, la patrimonialisation des grands ensembles concède des répercussions ambiguës, dont des effets de gentrification et des incompatibilités avec les attachements vernaculaires aux lieux de vie. De surcroit, cette politique révèle des héritages sociaux ne se valant pas. Ces inégalités mémorielles sont consécutives aux modes de vie de classes sociales et d’habitants différents et concourent à la perpétuation de stigmates au sein de quartiers déjà disqualifiés. D’où l’interrogation suivante : dans quelle mesure peut-on revaloriser des espaces populaires sans accentuer leur marginalisation ?

24 mars : Séance 4. La patrimonialisation des cités ouvrières et des faubourgs populaires : vers une normalisation des usages et une régulation des conduites ?

A partir de l’exemple de cités ouvrières françaises, il s’agit ici de réfléchir aux tensions sociales induites par leur revalorisation et par les dysfonctionnements entre transmission des vécus populaires et gentrification des lieux. Les logiques contemporaines de métropolisation, exacerbant les relations de concurrence et de compétition entre les villes, participent à l’accélération de la patrimonialisation d’anciens faubourgs industriels. Elles semblent produire un effacement de l’histoire ouvrière, en occultant ses héritages, et conduire à une normalisation des conduites. Ces recyclages industriels s’encastrent inéluctablement dans des temporalités urbaines et des référentiels politiques métropolitains (Djament-Tran, 2015). Ils questionnent ainsi plus largement les influences de la métropolisation sur la mémoire des lieux ouvriers et leur recomposition sociale.

31 mars : Séance 5. Les (dé)mobilisations et contestations populaires face aux politiques de patrimonialisation 

Si les grands ensembles et les cités ouvrières font l’objet de politiques de patrimonialisation aux impacts sociaux inégaux et conflictuels, leurs habitants emploient des ressources locales pour les contester. Leurs mobilisations, protéiformes et précaires (Auclair et Hertzog, 2015), viennent nuancer l’idée d’une acceptation consensuelle de la valorisation patrimoniale matérielle et symbolique des lieux de vie populaires. Ces résistances soulignent à quel point l’espace est un objet de lutte mémoriel et un catalyseur d’identification sociale traversé par des rapports de domination entre groupes sociaux (Zanetti, 2018). Mais comment se mobilise-t-on in situ lorsque son lieu de vie se retrouve patrimonialisé ? Dans quelle mesure ces espaces déshérités, avec leurs pratiques sociales et leurs modes de vie afférents, sont-ils connus et reconnus ? Et enfin, que révèlent ces crispations patrimoniales au niveau des relations entre des habitants populaires, des institutions et des associations locales ?

7 avril : Séance 6. Le processus de la mondialisation

Intervention de Teresa de Jesus Peixoto Faria, professeure invitée à l’EHESS, Centro de Ciências do Homem (CCH), Laboratório de Estudos do Espaço Antrópico (LEEA)

Présentation à venir.

14 avril : Séance 7. Globalisation et rénovation urbaine : les enjeux du patrimoine

Interventionde Teresa de Jesus Peixoto Faria, professeure invitée à l’EHESS, Centro de Ciências do Homem (CCH), Laboratório de Estudos do Espaço Antrópico (LEEA) Présentation à venir.

5 mai : Séance 8. Les « familles des vitrines ». Dommages patrimoniaux et cadrages médiatiques dans le cas du mouvement des Gilets jaunes  

Intervention de Cyriac Gousset, doctorant en sciences politiques, IEP de Toulouse (LaSSP)

L’étude de la couverture médiatique du mouvement des Gilets jaunes permet de rendre compte de sa surexposition sous l’angle des violences de certains manifestants contre des biens (vitrines de banques, matériel urbain, patrimoine historique), les forces de l’ordre et des journalistes. Or, ce cadrage médiatique a pour effet d’invisibiliser d’autres aspects structurants de ces mobilisations à l’instar des violences policières envers les manifestants. Si celles-ci sont aujourd’hui largement rendues publiques, il faut attendre décembre 2019 pour qu’un quotidien consacré (Le Monde) mentionne leur existence. Ce faisant, la violence sociale à l’origine du mouvement, celle de la domination sociale et économique intériorisée par les Gilets jaunes, s’en retrouve occultée. À tel point que l’on peut se demander si le sort des « familles des vitrines » (comme l’ont tagué certains participants) n’a pas davantage suscité l’intérêt que celui des manifestants issus des fractions des classes populaires et des classes moyennes souvent précarisées. Nous nous appuierons notamment sur le cas du « saccage », selon les termes journalistiques, d’un haut lieu du patrimoine parisien qu’est l’Arc de Triomphe lors de la manifestation du 01 décembre 2018. A partir d’une enquête collective menée depuis novembre 2018, cette séance reviendra sur les modalités sociales du traitement fait-diversier du mouvement des Gilets jaunes, entre dépolitisation de ses représentations et réduction à des éruptions de violences arbitraires et gratuites, ainsi que sur les investissements de l’espace par les manifestants.

12 mai : Séance 9. Quand la culture populaire entre au musée : tris dans l’héritage industriel et mises en scène des vécus populaires

Les stratégies de revalorisation et de développement territoriaux se diffusent à l’aide de supports culturels et institutionnels légitimés. Elles donnent à voir des manières renouvelées d’appréhender l’héritage industriel et populaire avec des mises en scène et en ambiance singulières (Simonnot et Siret, 2014). Toutefois, ces entreprises patrimoniales de muséification reflètent des dynamiques d’attractivité urbaine et d’instrumentalisation de coutumes et de cultures populaires. Elles s’insèrent dans des logiques d’élitisme et de distinction sociale (Chevenez, 2015). En outre, elles témoignent d’antagonismes entre différents types d’acteurs qui sont structurés par des intérêts divergents entre mise en tourisme et préservation d’identités ouvrières. Il conviendra ici de restituer à la fois ces mécanismes de sélection mémorielle ainsi que des modalités d’accès démocratique au champ de ces politiques de patrimonialisation.

19 mai : Séance 10 commune. Sortie terrain

                Lieu à définir et informations à venir.

26 mai : Séance 11. Gentrification et appropriation des espaces populaires : les classes moyennes, figures ordinaires de la patrimonialisation ?

L’une des conséquences récurrentes de la patrimonialisation des espaces populaires, à savoir la gentrification, apparait souvent dissimulée derrière un objectif de « mixité » (Bacqué et Fijalkow, 2006). Ce faisant, elle constitue un levier de dynamisme urbain pour des municipalités qui s’appuient sur les classes moyennes en les encourageant à s’approprier d’anciens espaces populaires. La circulation d’une « conception néolibérale de la régénération urbaine » (Rousseau, 2008) conduit à la transformation des usages et de l’image de lieux populaires. Cette restructuration sociale s’effectue notamment à partir d’un travail de promotion sociale chez ces figures ordinaires de la patrimonialisation. La gentrification met ainsi en confrontation des acteurs municipaux, des promoteurs immobiliers et des habitants de classes sociales distinctes, préfigurant ses embûches endogènes et ses résistances externes, dont les tenants et aboutissants seront discutés ici.

2 juin : Séance 12. Gentrification et mise en tourisme des espaces populaires : « effets vitrine » et reconquêtes symboliques des habitants

Cette seconde séance sur la gentrification sera consacrée à ses intrications avec les ressorts des politiques de mise en tourisme d’espaces populaires. En arrière-plan des vitrines de centres-villes métropolitains, les espaces périphériques de cités et de grands ensembles font l’objet de pratiques touristiques renouvelées et de reconnaissance accrue. Toutefois, elles s’encastrent dans des dynamiques marchandes globalisées et traduit le recyclage de ces marges à des fins récréatives et artistiques (Hascoët et Lefort, 2015). Entre continuités et ruptures au tourisme de masse, la requalification de ces lieux déshérités amène à des conflits locaux de coprésence entre touristes et habitants permanents (Jeanmougin, 2020). En filigrane de ses enjeux, il s’agira d’en questionner les répercussions sur les modes d’habiter populaires ainsi que sur les conditions spécifiques de sa mise en place et de sa légitimation au sein d’espaces stigmatisés.

Présentation du Projet Emmanuel de Martonne

Nous aurons le plaisir de nous retrouver vendredi 26 février 2021 à 14h00, en distanciel, pour écouter l’intervention de Gaelle Hallair, autour du projet de Martonne.

En espérant vous y voir nombreux sur Zoom :

https://zoom.us/j/93642222564?pwd=TXJEaHRPNXQrZDJoeGEyY0xyT3JyQT09


L’intervention de Gaelle portera sur le projet « Corpus Emmanuel de Martonne : du patrimoine géographique à l’édition numérique », co-dirigé par Nicolas Verdier et Gaëlle Hallair (EHGO, UMR Géographie-cités).

La question posée est finalement celle du devenir possible d’une archive de géographe : rester quasi inconnue au fond d’un carton et se désagréger peu à peu au fil du temps ou revivre sous l’habit numérique en étant accessible du et au monde entier via une simple connexion internet ?

Ce projet s’inscrit dans une problématique générale de recherche de l’équipe EHGO centrée sur une réflexion sur le patrimoine géographique sous forme textuelle et iconographique : ce patrimoine géographique se compose de sources de l’histoire de la géographie à décrypter, analyser, préserver, diffuser et valoriser.

En exposant un prototype d’itinéraire dynamique en ligne progressant en même temps que défilent les pages du carnet de terrain et les photographies d’Emmanuel de Martonne, nous montrerons  comment un patrimoine géographique constitué d’une collection de 11000 plaques de verre et de 27 carnets de terrain est analysé et valorisé dans le cadre des humanités numériques selon une méthodologie réplicable.

Photo Transylvanie Bihor. De Martonne
Photo Transylvanie Bihor. De Martonne

Carlo Salone professeur invité

Carlo Salone, professeur de géographie politique et économique au sein du DIST (Politecnico de Turino et University of Turin) est invité par Marie-Vic Ozouf-Marignier au sein du laboratoire Géographie-cité et de l’Equipe EHGO au mois de mai prochain.

En février, il présentera deux conférences en distanciel :

4 février 2021, 13h-15h, « L’Italie et la réponse institutionnelle à la métropolisation : l’expérience controversée des città metropolitane »,
Dans le cadre du séminaire de Beatriz Fernandez « Métropoles et capitales » (lien zoom sur demande à beatriz.fernandez@ehess.fr)

11 février 2021, 15h-17h, « L’école territorialiste italienne: origines, cadre théorique et débouchés dans l’action publique »,
Dans le cadre du séminaire de Marie-Vic Ozouf-Marignier « Territoires et action publique territoriale » (lien zoom sur demande à marie-vic.ozouf-marignier@ehess.fr)

En mai, il présentera deux conférences : une première dans le GT du labex sur « Produire l’urbain »  sur le thème : Le territoire italien entre  métropolisation régionale et nouveaux clivages interrégionaux: dynamiques spatiales et politiques territoriales. Une seconde, au sein du séminaire TEMA (TES EHESS) ayant pour titre : L’économie culturelle urbaine entre patrimoine et entrepreneurialisme.

Pour plus d’information : CV

Le projet « Corpus Emmanuel de Martonne », codirigé par Nicolas Verdier et Gaëlle Hallair

Le projet « Corpus Emmanuel de Martonne », codirigé par Nicolas Verdier et Gaëlle Hallair, vise à valoriser les archives du géographe français Emmanuel de Martonne (1873-1955). Ce projet s’appuie sur une étroite collaboration entre des chercheurs spécialistes de l’image et de l’histoire de la géographie en France et à l’étranger, des ingénieurs spécialisés en gestion de corpus numériques et des archivistes et bibliothécaires comme ceux de la bibliothèque de l’Institut de géographie de Paris. Ce projet s’inscrit dans une problématique générale de recherche de l’équipe EHGO centrée sur une réflexion sur le patrimoine géographique sous forme textuelle et iconographique : ce patrimoine géographique se compose de sources de l’histoire de la géographie à décrypter, analyser, préserver, diffuser et valoriser.
Ce projet s’inscrit dans le cadre de la seconde labellisation du Consortium ImaGEO, à savoir 2017-2020 ; il bénéficie à ce titre du soutien financier de la Très grande infrastructure de recherches  Huma-Num. Il constitue également l’un des volets du vaste projet « Ecole française de géographie » développé plus spécifiquement en partenariat avec des  bibliothèques (Bibliothèque de la Sorbonne, Bibliothèque Nationale, Bibliothèque Mazarine).
 
Le projet « Corpus Emmanuel de Martonne » valorise depuis 2016 des archives géographiques de nature variée en partie déjà numérisées, comme par exemple  27 carnets de terrain numérisés par la bibliothèque de la Sorbonne et édités dans sa bibliothèque numérique NUBIS, 11 000 plaques de verre du fonds E. de Martonne numérisées à l’UMR PRODIG et versées progressivement dans MediHAL.
 
Actuellement, 6 carnets de terrain de E. de Martonne ont été transcrits et édités sur la plateforme collaborative en ligne Transcrire. Une exposition numérique en ligne sur NUBIS permet de valoriser le carnet 16 sur la Roumanie auprès d’un public éclairé.  

En 2020 a abouti la phase relative au prototype d’édition numérique d’une cartographie dynamique de type story map d’un itinéraire en Roumanie combiné à la visualisation de la transcription du carnet de terrain et des photographies sous plaques de verre correspondant à cet itinéraire. Ce prototype est développé sur la plateforme de recherche et de visualisation cartographique navigae.

Politiques publiques, campagnes et décroissance

Ce séminaire, affilié à l’UMR, a pour objectif d’étudier les transformations contemporaines que connaissent les campagnes en proie à des difficultés structurelles en France.
Nous interrogerons notamment la recomposition du pouvoir politique local, la dimension spatiale des évolutions socio-démographiques et les ressorts des difficultés structurelles observées dans ces territoires.
Pour cela, nous aurons le plaisir de recevoir lors de chaque séance un.e intervenant.e  :

Mardi 23 février 2021 (11h-13h)

« Évolution socio-politiques et territoires ruraux en déclin » Benoit Coquard, sociologue à l’INRAE, auteur de Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin (La Découverte, 2019)Lien Zoom : https://zoom.us/j/93633098379?pwd=emFPV0tQOUlQSlZFczFYZk9IVmJWQT09

Mardi 30 mars 2021 (11h-13h)

« La fabrique et le travail du personnel politique local » Frédéric Nicolas, sociologue à l’INRAE, coordinateur avec Gilles Laferté et Sébastien Vignon du numéro d’Études rurales consacré aux « élus locaux et notabilités » (2019)Lien Zoom : https://zoom.us/j/99601465498?pwd=V3N2YVlDZjNFMWt4YndrY3ZhMzFaUT09

Mardi 27 avril 2021 (11h-13h)

« Les services publics dans les territoires de faible densité » François Taulelle, géographe, co-auteur de l’ouvrage Services publics et territoires (Presses Universitaires de Rennes, 2017)
Lien Zoom : https://zoom.us/j/97679210220?pwd=MTdmd3J2MlViK0ZxQkFUd01NcTNDUT09

Mardi 25 mai 2021 (11h-13h)

« L’immigration dans les dynamiques démographiques et sociales des espaces peu denses » Julie Fromentin, doctorante en géographie à l’INED (Université Paris 1)Lien Zoom : https://zoom.us/j/91440977883?pwd=MCtoTWtGTkUydFg3Qjh2NnczYlcrUT09
Si ce séminaire vous intéresse, nous vous invitons à vous y inscrire via ce lien : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeYgtf1_ieMuBnwczUHEFSj1dcjRFeIDS4Jx8KkZ5Os3M_pzg/viewform
Le programme détaillé est en pièce jointe de ce mail.

Enfin, compte tenu du contexte sanitaire, la première séance se tiendra uniquement à distance. 
Au plaisir de vous y retrouver,

Achille Warnant et Anton Paumelle

SÉMINAIRE INTER-ÉQUIPES : ÉTUDIER LES RURALITÉS À GÉOGRAPHIE CITÉS


Lundi 15 février 2021 (14h-18h)
Séminaire en format hybride au Campus Condorcet (2.122), Aubervilliers (sous réserve de modifications)


14h-14h15 – Introduction : retour sur l’histoire des études rurales à Géographie-cités

14h15-15h – Réflexions sur la posture de géographe ruraliste

Béatrice VON HIRSCHHAUSEN (Directrice de recherche, CNRS, équipe P.A.R.I.S.) :

« Les campagnes comme objet ou comme laboratoire ? Retour sur mes postures de recherche »
Christophe QUEVA (Maître de conférences, Université Paris 1, équipe P.A.R.I.S.) :

« Aux marges de la ruralité et de l’aménagement. Comment analyser, en géographe ruraliste, les enjeux de développement local dans les petites villes ? »

15h-15h45 – Quels cadres théoriques pour penser les dynamiques des campagnes ?

Joséphine LECUYER (doctorante, Université Paris 1, équipe P.A.R.I.S.) :

« Décroissance ou périphérisation ? Appréhender le développement local dans les espaces ruraux du nord-est de l’Allemagne »


Laetitia VERHAEGHE (doctorante, Université Paris 1, équipe C.R.I.A.) :

« Réinvestir l’étude des relations villes-campagnes, portant sur les flux de matières et d’énergie, en France »

15h45-16h – Pause

16h-16h45 – Des approches quantitatives pour explorer la France rurale

Pierre PISTRE (maître de conférences, Université de Paris, équipe P.A.R.I.S) :

«Migrations internationales dans les campagnes françaises : objectifs, méthodes et résultats du projet de recherche CAMIGRI »
Anton PAUMELLE (doctorant, EHESS, équipe E.H.G.O.) :

« Bourgs ruraux en France : définir et identifier un objet situé entre le rural et l’urbain. Approche méthodologique et perspectives »


16h45-18h – Analyser les transformations des espaces ruraux contemporains à travers une diversité de terrains


Jean REYNES (doctorant, Université Paris 1, équipe E.H.G.O.) :

« Pauvreté et espaces de faible densité en France : exploration statistique et témoignages »


Kelly REDOUTE (doctorante, EHESS, équipe E.H.G.O.) :

« Appréhender les dynamiques rurales par l’étude des conflits fonciers. Réflexions mexicanistes »

Marie JUSSAUME (doctorante, Université Paris 1, C.R.I.A.) :

« La disparition brutale des espaces ruraux dans la ville nouvelle de Marne-la-Vallée : Ruralité effacée, Ruralité reconstruite ? »

Contacts :
anton.paumelle@ehess.fr
josephine.lecuyer@univ-paris1.fr

Séminaire «Territoire et action publique territoriale»

Tout en conservant la perspective de la décentralisation, mise en œuvre durant les précédentes années, le séminaire abordera la question de la territorialisation de l’action publique à travers une double enquête. On envisagera tout d’abord les enjeux et utopies qui conduisent à faire reposer sur la dimension territoriale l’amélioration de l’action publique. D’autre part, on examinera, à partir d’exemples localisés, les formes nouvelles de l’action publique territoriale. Les politiques publiques de la ville et du territoire, seront privilégiées. En 2020-2021, on alternera des séances consacrées à l’histoire de l’aménagement du territoire et d’autres, plus tournées vers l’actualité des politiques publiques territoriales, dans un souci de saisir tout autant la récurrence des débats que les nouvelles tendances.

Campus Condorcet

Salle 3.08 Centre de colloques,

Cours des humanités 93300Aubervilliers

1er semestre / hebdomadaire,

jeudi 15:00-17:00 du 5 novembre 2020 au 11 février 2021

En raison de la pandémie, le séminaire est assuré à distance. Accès sur demande: https://listsem.ehess.fr

Programme

5 novembre:Présentation générale

12 novembre: L’aménagement du territoire, principes acquis, déstabilisation

19 novembre: De nouveaux principes: gouverner par projet, à distance, par bonnes pratiques, par labels, par expérimentation

26 novembre: De nouveaux principes: gouverner par projet, à distance, par bonnes pratiques, par labels, par expérimentation(suite)

3 décembre: Nicolas Bouillant:(Directeur général adjoint, Ville de Paris; directeur de l’Observatoire de l’expérimentation et de l’innovation locales, Fondation Jean Jaurès)

10 décembre: Achille Warnant (EHESS), L’insertion comme levier de développement territorial ? L’expérimentation Territoire zéro chômeur de longue durée à Prémery(Nièvre)

17 décembre: Nolwenn Gauthier (EHESS), Morale terrienne et relocalisation alimentaire (Seine-et-Marne)

7 janvier:attention horaire modifié:14-17h Ana María Alvarez Rojas, Prof. Université Catholique Silva Henríquez, Santiago du Chili, Histoire du logement social au Chili: de la dignité du logement au néolibéralisme hybride, les effets sur la cohésion sociale

14 janvier: Fanny Cottet(doctorante UMR Géographie-cités/ Paris 1), « Expérimenter en urbanisme, une affaire de méthode ? Les cas des Grands Voisins et de la Preuve Par 7 »

21 janvier: Retours sur l’expérimentation territoriale

28 janvier: Les effets de l’agencification sur l’action publique territoriale

4février:Le local comme ressourcepour l’action publique. Éléments de présentation du projet territorialiste

11 février:Carlo Salone, professeur de géographie politique et économique au DIST, Politecnico and Université deTurin, L’école territorialiste italienne: origines, cadre théorique et débouchés dans l’action publique

Une nouvelle publication sur la résilience par Sandrine Robert

Vol 2 – Numéro 1 :
Résilience et paysage

Ce numéro de la reuve Archéologie, société et environnement a été dirigé par Sandrine Robert et reprend quelques textes de la session Resilience and Landscape : The Use of Resilience Framework in Landscape Archaeology and Archaeogeography organisée par la Commission Landscape de l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques, dans le cadre du XVIIIe Congrès de l’Union. Elle s’est tenue le mardi 5 juin 2018 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Au cours de cette session, ont été accueillies sept communications utilisant le cadre conceptuel de la résilience en archéologie du paysage, en archéogéographie et en anthropologie.

Vous le trouverez ici