Séminaire de Jean-Marc Besse « Retour sur Terre ? Paysage et géographie »

On observe aujourd’hui une prolifération de propositions, et de préoccupations, visant à « faire revenir la Terre », pour ainsi dire, dans les horizons de la pensée et de l’action. Il ne s’agit plus cependant de partir « à la découverte de la Terre ». Mais, dans les domaines de l’écologie, de l’anthropologie, de la politique, de la philosophie, de l’esthétique, s’installe et se développe l’idée d’une réflexion sur la nécessité de prendre en compte la Terre comme socle, élément, ou forme, de la vie humaine. « Revenir sur Terre », donc, comme à une condition pour l’élaboration de nouvelles formes de vie, individuelles et collectives, dans lesquelles les dimensions du « terrestre » seraient considérées comme fondamentales.

Dans le prolongement des séminaires consacrés les deux dernières années à la théorie du paysage, on propose d’ouvrir une enquête sur un mot renvoyant tout à la fois à une réalité, à une métaphore, et à une revendication : Terre. Il s’agit, plus précisément, d’interroger une figure qui se répand assez largement dans les discours contemporains : celle du retour sur Terre.

L’investigation ouverte au sein du séminaire est double. Il s’agit, d’une part, de poser la question : sur ou vers quelle Terre fait-on retour ? Il semble nécessaire d’analyser les usages, présents et passés, dans les sciences, les arts, la philosophie, de cette référence à la Terre. Et pour cela d’ouvrir une enquête historique et philosophique. Mais il s’agit, d’autre part, d’interroger les figures métaphoriques de ce retour (l’abordage, ou l’atterrissage, par exemple), et surtout d’essayer d’éclaircir ce que portent ces figures de retour, ce qu’elles veulent donner à penser, et à vouloir.

Le fil conducteur de cette enquête, ou plutôt son espace d’observation, sera constitué principalement par la géographie. Faire retour sur Terre, n’est-ce pas, en un certain sens, revenir à la géographie ? Précisément parce que la géographie est à la fois description de la Terre et écriture sur la Terre ? Mais, encore une fois, laquelle ? Et comment la géographie, sur les plans du savoir, de l’imaginaire, des pratiques de l’espace, s’est-elle confrontée, et peut-elle encore aujourd’hui s’articuler aux propositions et interrogations artistiques, philosophiques, politiques sur ce qu’il en est du lien, de l’attachement, ou de l’appartenance, au « terrestre » ?

Dans le cadre d’une investigation sur le paysage comme espace, forme et condition des expériences sensibles, le séminaire des années précédentes a parcouru les perspectives d’une relation non territorialisée à la Terre. C’est également cet horizon d’une géographie non territoriale, dont le paysage serait le nom, que l’on proposera d’explorer cette année.

PROGRAMME DU SÉMINAIRE

26 janvier 2021

Présentation du séminaire : les enjeux contemporains d’une pensée de la Terre (état de la question ; parcours bibliographique).

2 février 2021

Les métaphores de la Terre : les mots pour dire la Terre et les figures du « retour sur » la Terre.

9 Février 2021

[Histoire du concept de Terre en géographie (1)] :

Le concept de « Terre universelle » et la question du paysage. La Terre comme théâtre (16e-18e siècle).

2 Mars 2021

[Histoire du concept de Terre en géographie (2)] :

Les couleurs de la Terre : chorographie, paysage, médecine. La Terre comme texte.

9 mars 2021

[Histoire du concept de Terre en géographie (3)] :

La Terre est-elle un globe ? Espaces, pratiques et discours de la globalisation au XIXe siècle.

16 mars 2021

[Histoire du concept de Terre en géographie (4)] :

Géographie générale et « zone critique ». (avec M.-C. Robic, Directrice de recherche émérite au CNRS)

23 mars 2021

[Histoire du concept de Terre en géographie (5)] :

« La Planète, la Terre et le Monde, ou comment faire de la géographie à l’époque de l’anthropocène » (avec M. Lussault, Professeur à l’ENS Lyon)

30 mars 2021

La Terre est-elle une planète ? Phénoménologie et historiographie (Husserl, Chakrabarty)

6 avril 2021

La privatisation de la Terre.

13 avril 2021

Du cosmopolitisme : les conditions d’une relation non territoriale à la Terre. (avec Anne-Christine Habbard, maîtresse de conférences à l’université de Lille III)

4 mai 2021

Pratiques et concepts alternatifs contemporains : « biorégion » et « permaculture » (avec Sébastien Marot, Professeur à l’EAVT Paris-Est)

11 mai 2021

Conclusions du séminaire


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.