Intervention de Vera Dorofeeva Lichtmann dans le cadre du séminaire de l’Equipe Epistémologie et Histoire de la Géographie

Le 30 avril, nous aurons le plaisir de recevoir, hélas en distanciel, Mme Vera Dorofeeva-Lichtmann, qui nous présentera ses travaux récents sur « La première carte occidentale imprimée de la Chine [Ortelius 1584] : sur les traces de son auteur (Luis Jorge de Barbuda ?) et de ses origines dans la cartographie chinoise ».

http://luna.folger.edu/luna/servlet/s/qgxib4

Les cartes occidentales de l’empire chinois apparaissent à partir de la fin du XVIème siècle. La plus ancienne carte de Chine imprimée existante, fut publiée par Abraham Ortelius (1527-1598) dans l’édition de 1584 de son Theatrum Orbis Terrarum et ensuite, elle fut intégrée dans la carte de « Chine » de l’Atlas Mercator/Hondius (1606).

Ortelius attribuait la carte de Chine à ‘Ludouicus Georgius, nom qu’Armando Cortesão [1935, 1960], identifiait comme le nom latinisé du cartographe d’origine portuguaise, Luis Jorge de Barbuda (fl. 1575-1599) au service de Philip II d’Espagne (1527-1598, r. 1556-1598). Cette hypothèse est généralement acceptée. Cependant, il y a certaines incohérences au sujet de ce cartographe dans la littérature savante, à commencer par des transcriptions variables et parfois erronées de son nom, transmises jusque dans des études de références les plus récentes dans l’histoire de la cartographie. Dans la première partie de cette présentation, je retracerai l’histoire de son identification en tant qu’auteur et, en particulier, je montrerai les erreurs et confusions transmises qui résultent d’une mauvaise interprétation des sources primaires et de la littérature secondaire.  J’attirerai l’attention sur le fait que cette identification reste toujours une reconstruction et que le nom de Luis Jorge de Barbuda en tant qu’auteur de la carte de la Chine publiée par Ortelius, doit être accompagné par ‘?’.

Dans la deuxième partie, j’essaierai de retrouver les origines cartographiques de la carte en analysant les éléments distincts suivants de sa configuration:

  • Orientation avec l’Ouest au sommet;
  • Délimitation de la Chine par une chaîne de montagne;
  • Un immense lac (nommé seulement Lacus) à l’Ouest;
  • Configuration de son réseau de rivières.

J’essaierai de démontrer que si les deux premiers éléments sont hérités des traditions cartographiques occidentales, il y a de bonnes raisons de croire que les deux autres résultent de l’utilisation de certaines sources cartographiques chinoises dont l’influence possible sur la carte en question n’a pas encore été étudiée en détail.

Ainsi le mystérieux Lacus peut être sûrement identifié comme le Lac des Maisons Célestes (‘Star Lodges Lake’) (Xingxiuhai星宿海) qui depuis la Dynastie des Yuan (1271-1368) est devenu l’emplacement de la source du Fleuve jaune. La forme du Lacus est une adaptation des représentations du Lac des Maisons Célestes dans les cartes chinoises.

Une autre clé de l’influence possible de la cartographie chinoise, est la description apparemment chaotique du réseau fluvial où il est difficile de distinguer les cours et les sources, même des rivières principales. On croit, par défaut, qu’une telle représentation résulte d’un manque de connaissance géographique suffisante/savoir géographique suffisant.  J’essaierai d’apporter la preuve que la représentation des rivières comme un réseau de voies d’eau communicantes peut s’appuyer sur des sources cartographiques chinoises qui transmettent une vision « insulaire » du domaine impérial – comme des étendues terrestres distinctes englobées par des rivières. Les plus anciennes de ces cartes apparaissent dans la cartographie chinoise traditionnelle à peu près au moment où la première carte de Chine occidentale imprimée fut créée.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.