Intervention de Michel Lompech & Eric Bordessoule

Vendredi 18 décembre 2020 à 14h00 nous aurons le plaisir de recevoir, « en distanciel », nos collègues Michel Lompech & Eric Bourdessoule.

Michel Lompech est maître de conférence à l’Université de Clermont Auvergne. Il travaille tant sur la géographie rurale que sur l’histoire de la géographie.

Pour un aperçu de ses travaux, on verra : https://hal.archives-ouvertes.fr/search/index?q=michel+lompech

Eric Bordessoule est maitre de conférence à l’Université Clermont Auvergne. Il travaille sur le domaine pastoral en moyenne montagne.

Pour un aperçu de ses travaux, on verra : https://hal.archives-ouvertes.fr/search/index/?q=Eric+Bordessoule&submit=

Ils nous présenteront une intervention intitulée :

Une école de géographie inachevée. Sur trois maîtres clermontois

Ils ont récemment publiés ensemble dans la Revue d’Histoire des Sciences Humaines : ” La possibilité d’une géographie humaine (1961-2002).

L’histoire de la géographie, soit dans ses grandes fresques (Claval, 1998) ou dans des analyses serrées de l’évolution du paradigme vidalien (Robic, 2006), restent centrées pour l’essentiel sur des figures parisiennes. La mémoire orale de la communauté des géographes est également nourrie de récits de transmission professorale et de traditions formées dans de cercles universitaires de province, dont certains sont identifiés comme de véritables « écoles », telles celles de Bordeaux ou Grenoble (Bourgeat, 2007).

La géographie classique, partant régionale, est pourtant rarement abordée sous ce prisme provincial, alors que cette approche, que l’on peut juger subsidiaire, se révèle féconde ; elle permet de comprendre la structure des réseaux scientifiques et de reconstituer les groupes ou générations de géographes qui ont porté le paradigme classique et accompagné ou refusé ses évolutions, que ce soit sur le plan théorique ou sur celui de l’action aménagiste.

Nous croiserons ces différents aspects en présentant trois géographes clermontois de la génération 1920, Max Derruau (1920-2004), Pierre Estienne (1923-1996) et André Fel (1926-2009). Retracer le parcours de ces auteurs de nombreux manuels, passés maîtres dans l’écriture de la géographie régionale, attentifs aux transformations de l’Auvergne, montrer leur attachement aux tâches d’enseignement (licence, préparation aux concours) et comprendre comment ils s’inséraient dans les réseaux d’acteurs locaux ou scientifiques nationaux, permettent d’expliquer de quelle manière le paradigme classique a porté le développement de l’enseignement de la géographie dans les universités de province


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.