Membres

Nicolas Verdier est directeur de recherche au CNRS et directeur d’Etude à l’EHESS.
Ses recherches s’inscrivent dans le cadre du croisement entre territorialités dans le temps et épistémologie des savoirs sur les espaces et les territoires, les deux approches formant les deux faces d’un même questionnement.
Une question oriente cette réflexion : Comment les sociétés négocient et renégocient dans le temps leurs rapports aux espaces et aux territoires ?
C’est par la mobilisation de deux champs : l’étude des recompositions spatiales et l’épistémologie des savoirs sur les espaces et les territoires qu’il propose des réflexions sur les temporalités de l’unification et de l’aménagement du territoire, sur les concepts d’échelle, de hiérarchie, de réseau ou de mémoire, voire de territoire.

Olivier Orain est chargé de recherche au CNRS. Après des recherches sur l’histoire de la géographie russe, menées dans les années 1992-1995, je me suis depuis essentiellement consacré à l’histoire de la géographie universitaire en France. À l’aide des outils de la critique littéraire structuraliste, je me suis employé à montrer comment l’école française de géographie avait érigé le “sens des réalités” en dogme susceptible de normer les pratiques jugées scientifiquement recevables dans la discipline. J’ai également avancé qu’avait émergé dans les années 1960 une sorte de “malaise” qui s’était converti en “crise” ouverte dans les années 1970, aisément descriptible avec le concept de “révolution scientifique” tel que l’a développé Thomas Kuhn. Face au réalisme classique s’est ainsi affirmée une posture constructiviste nourrie des travaux de J. Piaget, L. Althusser et du pragmatisme de la quantitative geography anglo-saxonne.
Mes travaux actuels se recentrent sur la géographie la plus contemporaine (des années 1950 à nos jours) et articulent des interrogations théoriques avec un travail sociologique sur la structure de communauté de la géographie française et ses évolutions récentes. Ceci m’amène à intégrer de nouvelles approches, basées sur l’entretien et l’observation participante, en parallèle avec mon activité critique. Je m’interroge sur l’introduction et la diffusion des notions-clés de la géographie d’aujourd’hui (espace, territoire, paysage), sur les confrontations interdisciplinaires qu’elles ont accompagné. Cela m’aide à comprendre ou à mettre en perspective les restructurations de la communauté géographique depuis 50 ans : croissance démographique, effets de Mai-68, “révolution” des années 1970, émergence de nombreux courants et réseaux, rapport à la commande publique… J’accorde désormais plus d’importance aux comparaisons entre traditions nationales (États-Unis, URSS, Allemagne), aux circulations et réinterprétations qu’elles ont connues et aux relations avec les autres sciences sociales.
J’ai organisé en septembre 2008 avec Bertrand Müller un colloque intitulé “Mai 1968, creuset pour les sciences de l’homme ?”, pour le compte de la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme. Je co-dirige deux revues, l’une de géographie, l’autre d’histoire des sciences humaines et co-anime le séminaire “Les écritures du géographique” avec Muriel Rosemberg et Pascal Clerc.